Livre d'Or

Signez le Livre d'Or

Cher monsieur Desnoyers, Je crois que, au-delà de la force et de la beauté picturale de vos « marines », tout proclame dans vos représentations la pesante présence de l’inquiétude humaine, car cette manière que vous avez de resserrer la vision, d’obliger le spectateur à regarder le tableau dans un cadre étroit, non seulement développe bien plus notre imaginaire qu’un cadrage grand angle (car ce cadrage étroit, cette courte focale fixe l’attention, arrête le regard sur des détails lourds de significations, des gestes graves, etc.) mais aussi induit dans le tableau une sorte d’inquiétude/de malaise qui renvoie selon les lectures qu’on en fait, certes aux typologies marines, aux canons de l’esthétique, mais aussi à des interprétations métaphysiques. Je veux dire par-là que vous nous faites comme entrevoir, attendre un événement en suspens, qui va advenir, fatal. Que va-t-il se passer maintenant ? Toutes ces questions auxquelles nous ne pouvons pas répondre, auxquelles personne ne peut répondre. Toutes ces questions qui relèvent de la métaphysique. Je crois que vous avez trouvé un chemin original. Ces deux hommes (Les anciens) écrasés contre l’immense porte de la criée du port. Porte fermée qui nous trouble parce qu’elle symbolise leur passé bouclé. Ils ne regardent pas la mer symbole de la vie, de toutes les aventures, de l’avenir. Elle est absente. Aucune effervescence sur le port. Silence, solitude. L’expression graphique des visages accentue le malaise. Dans un présent figé l’avenir se décline pour eux au passé. Néanmoins que va-t-il advenir d’eux maintenant ? Que va-t-il se passer maintenant ? Qu’attendent-ils. Que se disent-ils Qu’espèrent-ils ? Vers quel abîme vont-ils ? Vers quel néant ? Figures du destin vous avez résumé leur vie, voire la vie en quelques coups de pinceaux aux couleurs vives. C’est toute la destinée humaine que vous avez magistralement représentée, et cela « jaillit dans le choc des couleurs et l’harmonie des formes » comme l’écrit si bien le Vice-amiral Cyril Herbout. Je ne parlerai pas de ce marin qui peint avec application la lucarne de l’encre (P’tit coup de peinture) Pour quel voyage, pour quelle finalité, pour quelle joie ou pour quel malheur, pour quel destin ? Vision bornée du spectateur comme du marin à la proue toute bleue du bateau. Et pourtant nous ne cessons de penser, de regarder, de nous regarder. A bientôt M. Desnoyers et Mme Françoise André dans votre galerie du havre.

Andre Thomarel France | 18 sept. 2007

Je vous remercie de nous faire partager certaines de vos oeuvres par voie Internet. Elles méritent votre reconnaissance par les Peintres de Marine.

Rémy Dufour France | 11 sept. 2007

la mer toujours la mer et ses bateaux tes tableaux sont tellement realistes que lorsque que je les regarde j en ai le mal de mer bravo mon frelot

desnoyers France | 26 mai 2007

Monsieur DESNOYERS, vous avez un véritable talent. S'il vous plaît, continuez, vous qui peignez notre mer à tous. Restez Vrai, authenthique et humble. Vous êtes UN TRAVAILLEUR DE LA MER. Signé: Victor HUGO. Plus prosaïquement : Monick,Mischa.

Monick, Mischa France | 17 févr. 2007

"Homme libre, toujours tu chériras la mer" disait Baudelaire. Comment mieux la chérir qu'en lui donnant les couleurs du coeur et de la vie...tout simplement. Bravo L'Artiste. M.DHONDT

DHONDT France | 18 janv. 2007

superbe, artiste de talent, je recommande chaudement, une valeur sûre..... l artiste KLEINER Dominique

kleiner France | 9 déc. 2006

Un artiste de son temps qui sait nous faire partager sa passion de l'univers maritime.

assendahi | 25 oct. 2006

Bravo c'est super! Mon mari adore!

LANGLOIS France | 23 oct. 2006

Superbe représentation du monde maritime. Ces peintures nous plongent dans un univers tout autre où l'on y rencontre le plaisir de la navigation et la magie des paysages...Toutes mes félicitations et bonne continuation!!

Katell Masson | 14 oct. 2006
Créé avec Artmajeur